Christophe Claret

Inscription à la newsletter

News

Adagio, la Renaissance

Adagio, la Renaissance

Christophe Claret aurait adoré naître pendant la période de la Renaissance italienne. Cette fascination de l’horloger pour les arts du 16e siècle se traduit avec les pièces uniques Adagio gravées de main de maître par l’artisan-graveur neuchâtelois Eddy Jaquet. Indépendant depuis plus de trois décennies, il possède ce savoir-faire rare, mélange de patience, de minutie et de créativité artistique qui associe l’œil, la main et l’outil pour modeler la matière. Ces nouvelles pièces uniques Adagio sont nées d’un dialogue nourri entre Christophe Claret et le graveur. Un travail de concert, long, passionné et passionnant pour trouver le parfait accord, pour définir le motif ornemental appelé à décorer le boîtier mais surtout, pour mener à bien la réalisation des six instruments de musique de la Renaissance reproduits en gravure sur les cornes et le verrou d’armage de la répétition minutes. Avec une finesse telle qu’une loupe est nécessaire pour en apprécier chaque détail, un luth, une vièle, un tambourin et une cornemuse se dévoilent ainsi sur chacune des cornes tandis que le verrou d’armage de la répétition minute accueille deux instruments : une sacqueboute et une bombarde, ancêtres respectifs du trombone et du hautbois.

Sonnant à la demande les heures, les quarts et les minutes, les timbres « cathédrale » du mécanisme de sonnerie sont munis d’un dispositif breveté, évitant à ces premiers de s’entrechoquer lorsqu’ils vibrent sous les coups des marteaux. Brevetée également : la grande date, dont la construction ne ressemble à aucune autre.

Trésor de raffinement, la montre Adagio gravée est proposée en une série de pièces uniques en or 5N, en or gris ou en platine.

Ajouter un commentaire